Depuis une décennie, le métier de pharmacien connaît de nombreux changements. Le contexte réglementaire de la profession de même que les habitudes de consommation des clients se modifient. La génération hyper-connectée tend à s’éloigner des commerces de proximité, ce qui menace la pérennité des officines locales et des pharmaciens. La solution pour sauvegarder la fonction se situe sans doute dans la digitalisation, et une adaptation aux nouvelles méthodes de communication. Le média internet représente même une formidable opportunité pour qui sait la saisir. Focus sur les possibilités qui s’offrent aux pharmaciens pour booster leur visibilité !

Pharmacies & publicité : une relation compliquée

Historiquement, en vertu des codes déontologiques français et européen, l’activité pharmaceutique ne peut être pratiquée comme une activité de commerce. La législation des pharmacies d’officine est très stricte : toute publicité sur les médicaments soumis à prescription médicale est interdite (directive européenne du 3 octobre 1989). Les pharmaciens n’ont pas le droit d’inciter leurs patients à consommer des médicaments de manière immodérée, car ils sont un produit de santé publique et non une marchandise banale. Ainsi, les acteurs de la publicité traditionnelle (régies historiques) ou digitale (régies Google, Bing, Yahoo…) n’autorisent pas le déploiement de campagnes publicitaires autour de ces sujets. Ces exigences éthiques très poussées représentent donc de véritables freins à la valorisation des pharmaciens titulaires et adjoints.

Mais aujourd’hui les pharmaciens souhaitent promouvoir les services qu’ils proposent, au-delà des produits, pour donner un nouveau souffle à leur métier : ils réclament le droit de communiquer. Depuis 2015, l’Ordre National des Pharmaciens se mobilise. Après un premier état des lieux, il passe à la vitesse supérieure et réclame en Septembre 2016 au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé la possibilité de « mener des campagnes de prévention ou de promotion de la santé publique, communiquer sur les prestations, missions et activités, destinées à favoriser l’amélioration ou le maintien de l’état de santé des personnes ».

Une actualité qui tombe à pic : le coup de pouce des projections économiques

En cette fin Octobre 2016, un rapport d’Asteres et Rinzen Conseil[1] enrichit le débat de projections économiques concrètes.

L’étude se base sur des constats alarmants : près de 60% des patients atteints de maladies chroniques ne suivent pas correctement leur traitement. Ce défaut d’observance des prescriptions accroît le nombre de complications et les coûts liés à leur prise en charge, ce qui entraîne un déficit pour l’Assurance Maladie – estimé à 9 milliards d’Euros par an. Mais, selon le cabinet, celui-ci pourrait être réduit de plus d’1 milliard d’euros annuels si les pharmaciens pouvaient valoriser leur rôle de suivi et de conseil dans l’observance de ces traitements longue durée. Plutôt percutant comme argument !

3 techniques pour valoriser efficacement une pharmacie sur internet, SANS publicité

Dans ce contexte plutôt favorable à un assouplissement de leur réglementation, les pharmaciens ont donc le droit d’être optimistes ! D’autant qu’aujourd’hui, ils ont déjà à leur portée plusieurs possibilités pour communiquer en respectant les cadres éthiques. Détaillons les leviers du digital, encore sous-exploités, capables de booster leur visibilité.

Un site internet pour présenter l’officine

La manière la plus efficace de présenter une pharmacie locale est de créer un site internet. C’est autorisé ! Dès lors qu’il fournit une information vraie et utile à l’internaute, le site web d’une pharmacie n’est pas considéré comme de la publicité. On peut y indiquer les promotions actuellement en cours dans l’officine, étant donné qu’il s’agit du simple relais d’une information vérifiable sur place.

Les contenus les plus utiles et les plus importants à mettre en avant sont :

  • L’adresse de la pharmacie
  • Ses horaires d’ouverture
  • Ses créneaux de garde, ou les pharmacies de garde les plus proches
  • Le personnel de l’équipe et leur parcours / compétences

Si la pharmacie possède une spécialité, il faut en parler : puériculture, gériatrie, orthopédie…

Il faut garder à l’esprit qu’un site web de pharmacie doit contribuer à l’éducation santé des internautes. Pour cela, rien de mieux qu’un blog dans lequel le pharmacien (ou l’agence spécialisée sollicitée) pourra dispenser des conseils, des consignes de prévention, des actualités…

Une pharmacie peut même décider d’opter pour un site e-commerce, destiné à vendre en ligne les produits qui sont autorisés. Pour cela, elle doit en faire la demande auprès du directeur général de l’ARS (Agence Régionale de Santé).

Un site web contribue donc à améliorer la notoriété de la pharmacie et son image auprès de sa patientèle, prolongeant la relation client en dehors des cadres habituels et renforçant ainsi la fidélisation.

Une optimisation du référencement naturel pour une meilleure visibilité

Dans la démarche de création d’un site web et pour lui faire gagner de la visibilité, il faut adopter une optique de référencement naturel. Pour cela, il convient d’identifier des mots et expressions-clés, utilisées par les internautes dans leurs recherches de proximité, et qui indiquent une intention claire de trouver une pharmacie :

  • « pharmacie ouverte le dimanche»
  • « pharmacie mutualiste»
  • « pharmacie ouverte après 19h »
  • « pharmacie puériculture»

Etudier et exploiter la géolocalisation de ces mots-clés permet de diriger des internautes mieux qualifiés vers le site web : « pharmacie bellecour », « pharmacie lyon 2 »… On cible directement les personnes aux alentours de la pharmacie, susceptibles de s’y rendre.

Une fois ces termes identifiés, on les place intelligemment dans le contenu des pages, le texte et les balises.


Une présence locale grâce à google Maps & My Business

Parce que plus de 90% des internautes français utilisent le moteur de recherche Google, une pharmacie ne peut passer à côté de ses outils gratuits et performants destinés aux petites entreprises.

Grâce à Google My Business, un point de vente local peut matérialiser son existence sur la carte interactive Google Maps et afficher un certain nombre d’informations pratiques : adresse, numéro de téléphone, horaires d’ouverture, avis des clients, lien vers le site web ou encore itinéraire, calculé depuis la position GPS de l’internaute. Ces informations s’affichent directement dans les résultats de Google lorsqu’un internaute situé à proximité de l’officine effectue une recherche localisée : « pharmacie lyon 2 », depuis son ordinateur, sa tablette ou son mobile. Généralement, 3 adresses proches sont présentées, et on accède en un seul clic à la liste de tous les établissements répertoriés.

De plus en plus de gens cherchent des recommandations sur les lieux qu’ils visitent. Ils ont aussi besoin de savoir d’un coup d’œil si l’établissement est ouvert ou fermé. Les informations de la fiche Google My Business leur parviennent rapidement, en haut de la page des résultats, et assurent donc une visibilité très importante aux pharmacies qui les ont remplies.

Enfin, créer sa fiche sur Google My Business est un bon moyen de rajeunir la clientèle de l’officine et de toucher les jeunes générations, premiers usagers d’internet, qui sont les plus susceptibles de déserter les pharmacies.

S’il reste difficile de mesurer efficacement l’impact d’une page Google My Business sur le trafic en point de vente, on conviendra qu’en donnant toutes les réponses aux questions de l’internaute il sera plus enclin à passer la porte de la pharmacie !

 

La législation encadrant la communication des pharmaciens semble en phase d’assouplissement. Chaque année, la profession présente de nouvelles demandes, toujours plus argumentées, pour démontrer la nécessité de communiquer et sauvegarder son activité sur un marché changeant. Aujourd’hui, les pharmacies ont déjà à leur disposition de formidables leviers en matière de communication : site web, référencement et visibilité de proximité grâce aux outils gratuits Google. Il ne leur reste plus qu’à passer le cap du digital, en s’adressant par exemple à une agence spécialisée dans le référencement local !

 

Sources

[1] « Le rôle de la communication et de la publicité des officines de pharmacie et de leur groupement »

https://www.cairn.info/revue-legicom-1998-1-page-47.htm

http://www.iledefrance.paps.sante.fr/Site-internet-de-vente-de-medicaments.37163.0.html

Cet article vous plaît ? N'hésitez pas à le partager !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *